Accueil


Recherche dans les pages de Livresse


Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |

AltaVista
 Chercher:
 
 

Web français
Tout le Web

Hit-Parade






Courrier
Éditeur:
editeur@livresse.com
Webmestre:
webmestre@livresse.com
AltaVista Chercher:   
Web français Tout le Web


Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 

 . LA BIBLIOTHÈQUE


Les Noëls blancs
Christian Signol
Albin-Michel
Octobre 2000
Pour commander ce livre
Chapters Québec/Canada - Cliquez ici
Amazon France / Europe - Cliquez ici

Présentation
Site web:
http://www.christian-signol.com/

Au cœur de la forêt corrézienne, au début du siècle, les parents Barthelemy et leurs trois enfants n'ont pour se nourrir que des châtaignes et quelques produits de leur ferme. Mais la chaleur familiale et l'attachement aux vraies valeurs tiennent lieu de richesse.

La vie avance. François, le fils aîné, doit renoncer à l'école pour se placer comme valet de ferme, Julie comme lingère au château, Mathieu, le dernier, va s'engager dans les bataillons d'Afrique. C'est ainsi qu'on survivait dans les campagnes d'avant 1914, avant que la Grande Guerre, interminable et meurtrière, n'ouvre en grand les portes d'un autre monde.

Pour l'un des enfants Barthelemy, ce sera l'Algérie, son soleil, ses orangeraies et la difficile fraternité avec un peuple récemment colonisé. Pour Julie, ce sera l'Allemagne où elle espère construire sa vie avec Jan, l'étudiant de Cologne.

Seul François restera au Pradel sur les terres de son père, travaillant nuit et jour pour tenter d'améliorer le quotidien et permettre à son fils de faire ce dont il a été privé : aller étudier à la ville pour devenir instituteur.

Pemier volet d'une grande saga, genre dans lequel l'auteur de La Rivière espérance excelle, Ce que vivent les hommes retracera la destinée exemplaire et bouleversante des Barthelemy à travers les drames, les grands bouleversements et les progrès qui ouvrent la voie du XXe siècle.

Mot de l'auteur

«C'est en écrivant La Rivière Espérance que j'ai découvert ce que j'ai appelé le haut pays, près du massif où la Dordogne prend sa source, à la frontière du Limousin et de l'Auvergne, de la Corrèze et du Puy-de-Dôme, où le plus souvent les hivers sont blancs. Il m'a semblé que c'était là le cœur de la France, au milieu de ces forêts d'un vert profond, de ces terres rudes et à l'écart des routes qui ont forgé le caractère des hommes et des femmes habitués à se battre pour vivre.

Quelques années plus tard, à l'approche de l'an 2000, quand j'ai conçu l'idée d'écrire une histoire romancée du siècle - qui commencerait, donc, le premier janvier 1900 pour s'achever le premier janvier 2000 - j'ai naturellement décidé de situer dans ce haut pays cette saga, du moins à l'origine, dans cette zone rurale où sont les racines de nombreuses familles françaises.

A partir de ce socle indestructible, j'ai imaginé que, comme beaucoup d'autres, la famille Barthélémy suivrait la trajectoire de l'école primaire laïque, puis celle de l'école normale, et enfin celle de l'université, mais sans jamais oublier d'où elle vient. J'ai imaginé également qu'elle traverserait les grands bouleversements de l'Histoire en Algérie et en Allemagne, et, des campagnes, glisserait vers les villes, suivant ainsi l'évolution inéluctable de la société française au cours de ce siècle.

Ainsi est né la saga que j'ai baptisée Ce que vivent les hommes, dont Les Noëls blancs est le premier tome. Elle devrait en compter trois et permettre à toutes les familles françaises d'y retrouver leur histoire, un patrimoine commun dont chacun peut revendiquer une part. Je ne sais pas si j'aurais la force de mener au bout cette entreprise, car parfois, les personnages des romanciers se mettent à vivre tous seuls et le quittent, mais c'est seulement la preuve qu'il a réussi : ses héros sont devenus plus vivants que s'ils existaient vraiment et s'en vont seuls vers un destin qui demeure secret.

Quoi qu'il en soit, je vous confie Les Noëls blancs comme le premier volet de ce grand projet que j'espère mener à terme et qui me tient à cœur, un projet dans lequel pourront se reconnaître , je l'espère, toutes les familles dont les enfants, aujourd'hui, pour la plupart, vivent dans les villes sans forcément se souvenir de leurs grands-parents ou de leurs arrière-grands-parents, au sein d'une société qui, d'origine le plus souvent rurale, est devenue européenne et mondialiste, tellement différente de celle qui, au début de ce siècle, vivait close sur elle-même sans pouvoir soupçonner combien cent années de bonheurs, de drames et d'efforts allaient la transformer."

CHRISTIAN SIGNOL


À propos de l'auteur

Christian Signol est né en 1947, aux Quatre Routes, un hameau du Quercy blotti au pied des causses de Martel et de Gramat. Le petit garçon mène une existence heureuse entre ses parents et ses grands-parents.

Son univers s’étend de l’école communale (dont il dévore la bibliothèque) à la campagne environnante. Les moissons, les vendanges, la cueillette des champignons, les parties de pêche l’été sur la Dordogne sont autant de «bonheurs d’enfance». A onze ans, il est mis en pension au lycée de Brive.

Il vit comme un drame cet éloignement du pays natal. Il dira plus tard : «Cette déchirure a fait de moi un écrivain.» Après des études universitaires de lettres et de droit, Christian Signol débute dans la vie professionnelle comme rédacteur administratif à la mairie de Brive.


Accueil




Commentaires et suggestions