Accueil


Recherche dans les pages de Livresse


Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |


Hit-Parade





Courrier
Éditeur:
editeur@livresse.com
Webmestre:
webmestre@livresse.com

Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 

 . LA BIBLIOTHÈQUE
AltaVista    
Web français Tout le Web
Moi, Sporus, prêtre et putain
Cristina Rodriguez
editeur
284 pages
Février 2001
Pour commander ce livre
Gallimard Québec/Can. - Cliquez ici
Amazon France / Europe - Cliquez ici


La décadence romaine
Jusqu'à la couche de Néron
Moi, Sporus, prête et putain, est son deuxième roman et, tout comme le premier, Les Mémoires de Caligula, publié aux Éditions JCL, il explore une page décadente de l'empire romain.

Avec un style moins académique que l'historien et philosophe Caratini, elle amène le lecteur au temps de Néron, à la fin de la dynastie des Julio-Claudiens.

Un jeune enfant esclave et prostitué se retrouve au temple de Cybèle, sur le Palatin, où il deviendra prêtre. Il y perdra ses joyaux masculins. Commence alors une autre vie pour le jeune prêtre eunuque, qui le mènera jusqu'à la couchette de Néron.

Le roman de Cristina Rodriguez est un regard cru sur la décadence romaine, qui s'affiche entre autre par ses travers sexuels.

L'auteur avaient deux idées en tête au moment d'entreprendre la rédaction de Sporus : faire connaître un obscur personnage du Haut-Empire romain et faire contrepoids à l'image de la Rome impériale transmise par le cinéma hollywoodien.

«Une image totalement faussée que je ne cesserai de vouloir briser», affirme-t-elle.

Quatrième de couverture
Sporus, esclave puis prêtre, mais toujours prostitué

De tribulation en tribulation, il devient prêtre de Cybèle, une déesse orientale dont le culte inspire des sentiments partagés à Rome. Tout à la fois sacré et eunuque, respecté mais inculte, indiscipliné et rebelle, gouailleur et surtout irrésistiblement charmeur, ses imprudences lui valent bien des déboires.

Mais Néron lui-même ne reste pas insensible à ce curieux garçon, et fait de lui son favori, et même son épouse, avant de sombrer dans la folie et la mort.

Entre banquets, intrigues, fêtes et voyages, le jeune prêtre apprendra à ses dépens que la cour de Rome peut être aussi dangereuse que les forêts de Germanie...

Conté avec la voix de Sporus, dont la verve et l'insolence désarçonnent amis et ennemis, rythmé par une suite d'épisodes picaresques, ce récit n'en est pas moins rigoureux : chaque détail est fidèle à la réalité historique, et, en contrepoint, c'est la fin d'un règne, celui de Néron, la fin d'une dynastue, celle des Julio-Claudiens, que Cristina Rodriguez raconte avec émotion.

A propos de l'auteur

Cristina Rodriguez a vingt-huit ans. Moi, Sporus, prêtre et putain, est son premier roman publié en France. Elle vit à Paris. Auparavant, elle avait signé un autre titre inspiré de l'histoire de Rome, Les Mémoires de Caligula, aux Éditions JCL.


Accueil




Commentaires et suggestions