Accueil


Recherche dans les pages de Livresse


Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |


Hit-Parade



Courrier
Éditeur:
editeur@livresse.com
Webmestre:
webmestre@livresse.com
AltaVista Chercher:   
Web français Tout le Web

Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 

 . LA BIBLIOTHÈQUE


Terrasse
à Rome

Pascal Quignard
Gallimard
168 pages, 2000
Pour commander ce livre
Chapters Québec/Canada - Cliquez ici
Amazon France / Europe - Cliquez ici
Chroniques
et points de vue

Au XVIIe siècle, un eau-fortier se retrouve avec le visage détruit à l'eau-forte. Cette "face de cuir bouilli" grave à jamais en lui l'amour qu'il portait à Nanni de Bruges et le geste vengeur de son fiancé jaloux. Privé d'image et d'expression, Meaume le graveur se livre à son intériorité.

Au fil d'une succession de scènes sans liaison, comme autant de cris et d'halètements qui accompagnent la traversée de l'enfer et l'accès à la lumière, Meaume dit ses extases, son art, ses désirs, mais aussi la créativité, l'amour, l'apparence et la vérité. En homme "que les images attaquent", il énonce ses visions, sa fascination pour l'opposition et la complémentarité du clair-obscur.

Le champ de la créativité a toujours captivé Pascal Quignard, comme l'illustrent ses précédents romans (citons les deux "goncourables", Le Salon du Wurtemberg et Les Escaliers de Chambord). Il est un écrivain du silence, du "balbutiement", du "secret", porté par une langue aux racines profondément déployées. - Laure Anciel pour Amazon.fr

Synopsis
Un fiancé jaloux défigure l'amant de sa belle qui est graveur en lui jetant au visage de l'eau-forte. S'ensuit, en 47 "gravures", une histoire grave faite de non-dits et de clair-obscur propres à envoûter le lecteur. - Services Documentaires Multimédia pour Amazon.fr

Quatrième de couverture
«Il y a un âge où on ne rencontre plus la vie mais le temps. On cesse de voir la vie vivre. On voit le temps qui est en train de dévorer la vie toute crue. Alors le coeur se serre.

On se tient à des morceaux de bois pour voir encore un peu le spectacle qui saigne d'un bout à l'autre du monde et pour ne pas y tomber.»


Accueil




Commentaires et suggestions