Accueil

Recherche dans les pages de Livresse

Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |


Votez pour ce
site au WebOrama

Courrier
Éditeur:
editeur@livresse.com
Webmestre:
webmestre@livresse.com

Click Here!

AltaVista Chercher:   
Web français Tout le Web

Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 

 . LA BIBLIOTHÈQUE


Cannibales
Histoire et bizarreries de l'anthropophagie - Hier et aujourd'hui Martin Monestier
Le cherche midi éditeur
264 pages, 2000
Pour commander ce livre
Chapters.ca Québec / Canada - Cliquez ici
Bol.fr France / Europe - Cliquez ici

Présentation de Livresse
Coeurs sensibles, s'abstenir

LIVRESSE (Avril 2000) - Martin Monestier n'écrit pas pour les coeurs sensibles. Petites natures, veuillez donc vous abstenir. La littérature de cet auteur a un côté voyeur attiré par la mort.

Après la peine de mort, après les suicides, Monestier pousse encore plus loin son sans-gêne de la mort humaine et lance son regard, cette fois, sur le cannibalisme.

Voilà un long reportage, sans retenue, abondamment illustré de scènes à provoquer nausées et haut-le-coeur. Rien n'est laissé de côté, des peuples cannibales «si lointains» aux tueurs cannibales du monde occidental, dont Monestier nous offre un bottin tout frais.

Après le bottin, le lexique, bien sûr, où vous apprendrez qu'une «viande gentille» désigne généralement de la viande provenant d'un corps féminin et que «la belle chose» n'est autre que la viande humaine désossée.

Avant de fermer la dernière page, Monestier va encore plus loin en soulevant en analyse que le cannibalisme industriel et organisé puisse être une réponse aux pénuries alimentaires du XXIe siècle.

Quatrième de couverture
Cannibalisme, anthropophagie, omophagie humaine, autant de synonymes pour désigner l'habitude de manger sans répugnance de la chair humaine.

Cette pratique aux motifs nombreux remonte à la nuit des temps et se retrouve à un moment ouo à un autre dans toutes les parties du monde sans exception, y compris l'Europe de l'Ouest. Ce qui fit écrire à Voltaire : «Comment des hommes séparés les un des autres par de si grandes distances ont-ils pu se réunir dans une si horrible coutume? Faut-il alors croire qu'elle n'est pas absolument si opposée à la nature humaine qu'elle le paraît ?»

Les dieux de nombreuses mythologies n'ont-ils pas de surcroît montré l'exemple en se dévorant entre eux ou en mangeant leurs propres enfants ?.

L'époque contemporaine semble offrir une résurgence notoire de cette pratique ancestrale. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, partout dans le monde, on signale des cas individuels ou collectifs de cannibalisme. Les raisons sont sensiblement les mêmes que par le passé : cruauté, sauvagerie, plaisir, gourmandise, médecine, vengeance, religiosité, démence, amours déviants, supertitions, nécessité vitale, etc.

Quelles que soient les motivations qui ont poussé et continuent à pousser les hommes au cannibalisme, force est de constater que chaque peuple qui s'est livré à cette pratique à eu ses «recettes gastronomiques» destinées à mettre en exergue les goûts et les saveurs particulières de la viande humaine.

Sexe, âge, parties corporelles destinées à la consommation sont pris en considération. Crue, saignate ou bien cuite, rôtie ou bouillie, grasse ou maigre, la chair humaine est préparée avec soin, car les cannibales se sont toujours attachés non seulement à la préparation et à l'assaisonnement mais également au service et à la présentation de leurs vituailles humaines.

Là se tient peut-être la vraie différence et la supériorité de l'homme cannibale sur la bête carnivore.

A propos de l'auteur
Martin Monestier est l'auteur, au cherche midi éditeur, de Peines de mort, historique et techniques des exécutions cappitales; Suicides, historique, techniques et bizarreriers de la mort volontaire; Les animaux-soldats, histoire militaire des animaux ; Histoire et bizarreries sociales des excréments ; Les enfants esclaves, l,enfer qquotidien de 300 millions d'enfants ; Les Mouches, le pire ennemi de l'homme.


Accueil


Hit-Parade


Commentaires et suggestions