Accueil


Recherche dans les pages de Livresse




Mots-clés :




Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |



L'art d'aimer, Aubade


Hit-Parade




Pour nous écrire




FAQ  Agenda  Répertoire de sites  Bibliothèque
 
Inscrivez-vous
au Bulletin
Livresse


 . LA BIBLIOTHÈQUE






Google
 
Mémoire infidèle
Elizabeth George
Presses de la Cité
651 pages
4 octobre 2001
Pour commander ce livre

France/Europe
Cliquez ici

Québec/Canada
Cliquez ici
Présentation de l'éditeur
Des souvenirs totalement occultés et refoulés

Londres. Automne. Ex-enfant prodige devenu à 28 ans violoniste de renommée internationale, Gideon Davis sort d’un concert à Wigmore Hall couvert de honte.

Fiasco, trou noir, paralysie, débandade : il n’a pas réussi à jouer une seule note. Le blocage persistant, il consulte. Les neurologues ne décèlent rien d'anormal sur le plan organique et lui conseillent d’entreprendre une psychanalyse.

Entre deux séances, Gideon tient comme il se doit un journal dans lequel il consigne pêle-mêle bribes de souvenirs et lambeaux de rêves. Cela afin de tenter de détecter la cause de son amnésie foudroyante.

Commence alors une longue quête qui va l’entraîner vingt ans en arrière et l'amener à se remémorer des événements et des personnes que son subconscient avait totalement occultés et refoulés.

C'est ainsi qu’il «redécouvre» que, loin d’être fils unique, il avait une petite soeur, Sonia, une enfant handicapée, morte à l’âge de deux ans - lorsque lui-même en avait huit et brillait déjà de tous ses feux dans le monde de la musique.

A coups de plongées dans le passé, de conversations et de confrontations avec différents témoins et acteurs de son enfance, Gideon découvre que sa soeur trisomique n’est pas morte des suites d’un accident mais qu’elle a été délibérément noyée...

Parallèlement, Scotland Yard - et plus précisément Thomas Linley, Barbara Havers, Nkata, Webberley et leurs collègues - enquête sur la mort d’une sexologue obèse, écrasée nuitamment par un chauffard dans une rue paisible.

Un « accident » qui leur en rappelle très vite un autre, survenu quelques mois auparavant, dont avait été victime une certaine Eugenie Davies. La mère du violoniste virtuose Gideon Davies...

Ce livre où l’on retrouve les héros récurrents d’Elizabeth George - Thomas Lynley et Barbara Havers - ainsi que quelques nouveaux venus tout aussi attachants, est un remarquable roman policier qui ne pourra que conforter la réputation de la plus anglaise des romancières américaines.

Formidable reconstitution d’un travail sur la mémoire et ses pathologies, Mémoire infidèle est d’abord un étonnant portrait. Gideon est en effet un de ces monomaniaque qu’Elizabeth George excelle à dépeindre et qui hantent son univers de roman en roman.

Gideon est un artiste à l’ego dévorant, un homme qui vit cloîtré dans un cercle enchanté, coupé de la réalité et étranger à lui-même dans la mesure où il n’existe que par et pour son violon.

Mémoire infidèle est enfin une réflexion sur l’impuissance, un sujet qu'Elizabeth George a maintes fois abordé. Elle brode ici autour de ce thème des variations qui l’enrichissent et permettent au lecteur toujours avide d’ en savoir plus de s’immiscer dans la conscience d’un artiste.

Présentation Amazon.fr
Des souvenirs totalement occultés et refoulés

Londres, une nuit de novembre, Eugenie Davies est tuée par une voiture. Et ce n'est pas un accident : la malheureuse a été délibérément écrasée. Qui a commis ce crime et pourquoi ?

La victime n'est pas tout à fait une inconnue. Le commissaire Malcom Webberly qui a chargé l'inspecteur Thomas Linley de l'enquête, connaissait personnellement Eugenie Davies... et il semble d'ailleurs ne pas dire tout ce qu'il sait à son sujet.

À travers le journal intime d'un jeune violoniste qui a subitement perdu tous ses dons de virtuose, Linley et son inséparable acolyte Barbara Havers vont découvrir que la famille n'est pas toujours gage de sérénité, loin de là...

Le très attendu dernier roman de l'américaine Elizabeth George est déroutant au départ, entre autres parce qu'il est construit sur l'alternance d'une intrigue qui se déroule en novembre et d'une confessions datée du mois d'août.

L'auteur multiplie tellement les angles que le point de vue du lecteur sur les personnages évolue en quasi-permanence. Mais au fil de la lecture, cette apparente complexité est un des ressorts les plus pertinents de ce roman foisonnant où l'on navigue aussi bien dans les délires du cybersexe que dans les tragiques secrets de famille et les traumatismes psychologiques irréversibles.

Comme toujours, les personnalités très opposées des deux enquêteurs – Linley l'aristocrate et Havers la fille du peuple – sont un vrai régal, même si leur rôle est moins important cette fois que dans leurs précédentes enquêtes.

À découvrir, donc... Tous ceux qui ont adoré, entre autres Une patience d'ange et Le Meurtre de la falaise sont déjà convaincus. – Bruno Ménard


Accueil




Commentaires et suggestions