Accueil


Recherche dans les pages de Livresse


Mots-clés :




Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |



L'art d'aimer, Aubade


Hit-Parade




Pour nous écrire




FAQ  Agenda  Répertoire de sites  Bibliothèque
 
Inscrivez-vous
au Bulletin
Livresse


La Bibliothèque






Google
 
Ça c'est un baiser
Philippe Djian
Gallimard
420 pages
Juin 2002
Philippe Djian, Ça c'est un baiser
Pour commander ce livre   et  
France / Belgique / Europe     Cliquez ici
Québec / Canada / USA     Cliquez ici
Présentation Amazon.fr
Noir, très noir.
Drôle aussi

Roman à deux voix. Celle de l'homme Nathan, "un tout petit flic de rien du tout", comme il lui arrive parfois de se définir, et celle de la femme, Marie-Jo, flic elle aussi, obsédée par son poids et par les footings.

Au milieu, un meurtre, celui de la jeune Jennifer Brennen, fille de Paul Brennen, un grand patron de l'industrie de la mode. Au bout des trois cent quatre-vingt-trois pages, la situation apparemment simple du début est devenue extrêmement complexe.

D'une part, parce que gravite autour des deux héros une galaxie d'autres personnages : amants, maîtresses, ex-femmes, faux drogués, vrais voyous, artistes en devenir, activistes politiques, utopistes ou gens définitivement lessivés par l'existence.

D'autre part, parce que la narration hésite sans jamais trancher entre le polar et le roman psychologique. Sait-on encore qui est qui et qui fait quoi ?

Dans Ça c'est un baiser, Philippe Djian prend un malin plaisir à s'accorder le droit inaliénable que lui offre le roman de dire ce qu'il veut quand il veut.

On pourra parfois être déboussolé ou énervé (au sujet de Catherine Millet, Nathan se demande : "Est-ce qu'elle sait baiser ?", nous on se demande : quel intérêt ?) mais au final, bon an mal an, ce roman qui a emprunté des chemins de traverse retrouve sa route.

Noir, très noir, drôle aussi, Ça c'est un baiser est le onzième roman de Philippe Djian. Avec le temps, l'auteur culte de 37,2° le matin, paru en 1985, est sorti de la pause adolescente maniérée pour affirmer une écriture singulière.

Au même encrier, Djian trempe sa plume une fois dans l'humour, une autre fois dans l'incertitude ; la combinatoire de ce plaisir et de cette révolte fait de lui un auteur à part. – Denis Gombert


Présentation de l'éditeur
Entre le polar et le cul

Ce roman réunit au début tous les clichés du polar. De nos jours, dans une grande ville plutôt glauque et violente, « malade de ses cracks boursiers, de ses délocalisations sauvages, des affrontements sociaux et ethniques qui la harcèlent, des guérilleras urbaines qui se multiplient… », un homme et une femme mènent une enquête autour du meurtre de Jennifer Brennen.

L'homme, Nathan (40 ans), est un flic ordinaire marié à Chris. Il est en pleine déprime. Sa femme vient de le quitter pour rejoindre la maison communautaire de Wolf (professeur d'économie politique à Berlin) et de ses amis, tous des militants anti-mondialistes très actifs, branchés sexe et bio.

Wolf, homosexuel notoire, est donc l'amant de Chris. Cependant, Nathan installe chez lui Paula Consuelo-Acari (28 ans), un top-model très en vue qu'il s'abstient de « baiser » car sa libido le porte toujours vers sa femme Chris.

Marie-Jo, la coéquipière de Nathan, 32 ans, est une grosse fille aux yeux verts, qui se bourre d'amphétamines et qui pèse autour de 90 à 100 kilos. Elle partage son existence avec Franck, écrivain et professeur de « creative writing » à l'université.

Au retour de ses longues courses à pied, Marie-Jo se laisse prendre violemment par Ramon, un petit mâle de vingt-cinq ans son voisin d'en dessous qui couche également avec Franck son mari. Nathan et Marie-Jo couchent aussi régulièrement ensemble au cours de l'enquête qu'ils poursuivent.

A l'issue de leurs investigations, on comprend que la victime Jennifer Brennen, retrouvée étranglée, les dents fracassées, adhérait à la mouvance anti-mondialiste afin de se venger de son père, un redoutable homme d'affaire maffieux et criminel. Brennen le père sera d'ailleurs liquidé à la fin du roman par Nathan.

Pour vivre, Jennifer déguisée en infirmière faisait la pute dans un hôpital. Elle a également joué dans quelques films pornos amateurs.

Nathan et Marie-Jo sont sans cesse rattrapés par leurs problèmes psychologiques, sentimentaux, sexuels et professionnels. L'imbroglio est complet.

Après avoir investi le roman porno (Vers chez les Blancs), Djian s'introduit cette fois dans l'univers du polar, ou plus exactement feint de s'y introduire.

Dans les plis du récit, qui est plus qu'un pur exercice de style, il propose toutes sortes de digressions, de notations, de variantes comme la démonstration de sa liberté face à tous les genres.

Il néglige les figures imposées au polar car l'enquête n'aboutira jamais. Certes le paysage est délétère et violent, les relations entre les êtres sont distendues, crapuleuses, perverses et sadiques et il n'y a donc ni fin, ni conclusion, ni morale.

Google
 

Accueil




Pour écrire à Livresse.com : cliquez ici