Accueil


Recherche dans les pages de Livresse


Mots-clés :




Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |



L'art d'aimer, Aubade


Hit-Parade




Pour nous écrire




FAQ  Agenda  Répertoire de sites  Bibliothèque
 
Inscrivez-vous
au Bulletin
Livresse


La Bibliothèque






Google
 
Villa Vortex
Maurice G. Dantec
Gallimard
832 pages
Mars 2003
Villa Vortex, Maurice G. Dantec
Pour commander ce livre   et  
France / Belgique / Europe     Cliquez ici
Québec / Canada / USA     Cliquez ici
Présentation Amazon
Un monde apocalyptique et théologique, sans limite

11 septembre 2001, un nouveau monde commence «car la destruction n’est pas un point final mais un préliminaire». Kernal, le flic narrateur de Villa Vortex, meurt quelques jours après ce commencement, tué par l’explosion d’une bombe posée sous son bureau et nous raconte en 800 pages la fin des temps, à travers les dix dernières années de sa vie.

Attention ! Ouvrir un roman de Dantec c’est comme entrer en religion. Oubliez tous vos repères, toutes vos valeurs, vous entrez dans un nouveau monde. Un monde apocalyptique et théologique, sans limite... es adjectifs sont infinis tant son écriture est riche, violente et poétique.

Au rythme de «Diamond Dogs» de David Bowie, Villa Vortex est un roman placé sous le signe d’un thème cher à Dantec, la machine : informatique, sociale, politique, religieuse… Dantec écrit l’Histoire de la fin du XXe siècle à travers celle d’un flic déjanté et hors norme.

Kernal le flic vit l’effondrement du monde, depuis la chute du mur de Berlin jusqu'à celle des Twin Towers. Il nous plonge dans une vision prophétique de notre temps sans rien oublier : violence, serial killer, terrorisme, inertie des institutions, corruption de l’État, religion.

L’auteur est clair, ce livre est une fiction, mais «la vie est une fiction». Villa Vortex est un roman multiple par les différences de tons, d’écriture, les histoires et les intérêts s’entremêlent sans jamais, pourtant, perdre le lecteur.

Dantec dose les genres, maîtrise, innove. Il reste inclassable, impossible de le ranger dans un seul genre littéraire même si on peut le rapprocher de Dan Simmons, de Jean-Christophe Grangé ou de Jean-Michel Truong. Il les dépasse et les englobe. Thriller, politique fiction, roman historique, théologique, traité de sciences humaines et de science-fiction, Villa Vortex est bien plus que cela.

Combien de livres se rejoignent et se croisent dans ce Livre des Livres ? À vous de le découvrir.

Les romans de Dantec sont des bulldozers jubilatoires qui vous prennent violemment dès la première page pour vous emmener en pleine extase jusqu’à la dernière. «Il est de mon devoir aujourd’hui de t’emmener toi aussi, lecteur, dans cette expérience». – Nadia Krovnikoff, pour A,azon.fr


Présentation de l'éditeur
Chronique de la mort annoncée des démocraties européennes

«Maintenant je suis en mode cyborg de combat amplification de lumière par connexion directe avec mon sytème nerveux central. Methedrine Starship. Artifices de la neurochimie en sautoir, le monde est d'une pureté inhumaine [...]

Je sais que quelque chose veut prendre forme en moi, et je peine encore à l'écrire. Je sais que les plages du D-Day renvoient directement à la haute colonne atomique qui par deux fois s'est élevée au-dessus de la planète des singes doués de parole. Je devine que ma vie semble comme au milieu de son évolution, je pressens que quelque chose m'indique le point de destruction initial qui me permettra de mieux voix le monde.»

Quatrième roman de Maurice G. Dantec, Villa Vortex termine un cycle et en ouvre un autre : dans ce récit qui fait l'aller-retour entre le «micro-local et l'universel», la fiction devient l'enjeu même de la guerre qu'il annonce. Murs, Abîmes, Tunnels, Tours dessinent un corps irréductiblement politique où la désintégration de la «polis» dans la Ville-Monde devient la figure même de l'urbanisme futur.

De 1989 à 2001, Villa Vortex est une chronique de la mort annoncée des démocraties européennes, vue depuis le processus du fascisme général, soit de la guerre de tous contre tous, et cela jusqu'au-delà des frontières de la vie et de la mort.

Google
 

Accueil




Pour écrire à Livresse.com : cliquez ici