Accueil


Recherche dans les pages de Livresse


Mots-clés :




Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |



L'art d'aimer, Aubade


Hit-Parade




Pour nous écrire




FAQ  Agenda  Répertoire de sites  Bibliothèque
 
Inscrivez-vous
au Bulletin
Livresse


La Bibliothèque






Google
 
Jack l'éventreur: affaire classée, portrait d'un tueur
Patricia Cornwell
Editions des deux terres
448 pages
Mars 2003
Jack l'éventreur, Affaire classée, Portrait d'un tueur, Patricia Cornwell
Pour commander ce livre   et  
France / Belgique / Europe     Cliquez ici
Québec / Canada / USA     Cliquez ici
Présentation de l'éditeur
Un roman d'investigation exemplaire, audacieux, passionnant

Entre les mois d'août et de novembre 1888, au moins sept femmes furent assassinées à Londres dans le quartier de Whitechapel. La nature effroyable de ces meurtres provoqua la panique et la terreur dans l'East End pendant des mois, et donna naissance au surnom qui allait devenir synonyme de serial killer : Jack l'Éventreur.

Pendant cent quinze ans, ces meurtres ont constitué une des plus grandes énigmes criminelles du monde, et une avalanche de théories ont vu le jour, qui montraient du doigt tour à tour la royauté, un barbier, un médecin, une femme et un artiste.

Mettant à profit ses formidables techniques et connaissances dans le domaine médico-légal, Patricia Cornwell a utilisé les méthodes rigoureuses des enquêtes policières du XXIe siècle pour analyser les éléments encore existants.

C'est lors d'une visite à Scotland Yard, en mai 2001, que Patricia Cornwell s'est intéressée à l'affaire Jack l'Éventreur et à la personnalité ambiguë et inquiétante de Walter Sickert, un peintre impressionniste britannique célèbre de la fin du XIXe siècle, l'ami de Degas, Pissaro, Wistler.

Très vite, Patricia Cornwell a eu l'intime conviction que Sickert et l'Éventreur ne faisaient qu'un et que le peintre était l'auteur non seulement des crimes de 1888, mais également d'autres meurtres postérieurs non élucidés.

Dix-huit mois plus tard, après une vingtaine de voyages en Angleterre et en France, après l'investissement personnel de quelque six millions de dollars consacrés aux recherches les plus sophistiquées, après avoir mis en piste les plus fins enquêteurs et les meilleurs experts en médecine légale, Patricia Cornwell nous livre les résultats de son enquête et, comme un véritable témoin à charge, présente ses preuves.

Certaines d'entre elles sont de véritables révélations. Ainsi le lien établi, grâce à l'analyse de l'ADN trouvé au dos du timbre et des enveloppes, entre une lettre envoyée par l'Éventreur à la Police et deux lettres de Sickert. Ou encore la comparaison des filigranes du papier à lettres utilisé par Sickert et par l'Éventreur.

Mais au-delà même de ces preuves scientifiques, c'est l'analyse psychologique de Walter Sickert qui est le fil conducteur du récit.

L'étude de ses tableaux et dessins révèle des ressemblances troublantes avec les crimes attribués à l'Éventreur. L’examen des écrits montre également des coïncidences dans le vocabulaire ou une certaine façon de jouer avec les mots.

Enfin, la reconstitution très documentée de la vie de Sickert (qui relève certains événements déterminants comme l'opération d'une fistule du pénis subie dans la petite enfance), l'analyse minutieuse de son profil psychologique démontrent de façon exemplaire comment naît un tueur psychopathe.

Grâce à sa parfaite connaissance des enquêtes criminelles et à l'étendue de sa documentation, Patricia Cornwell parvient à faire revivre les meurtres de 1888 et l'enquête policière de l'époque, doublée de ce qu'aurait pu être, aujourd'hui, une enquête menée avec les moyens et les outils scientifiques modernes.

Grâce à ses talents de romancière, elle réussit un livre fascinant et brillant, un véritable thriller qui reconstitue admirablement l'arrière-plan de cette sinistre affaire : l'Angleterre à l'époque victorienne, notamment à la fin des années 1880, et en particulier l'existence misérable de la population des bas-fonds de Londres, où l'alcool, la prostitution et la violence étaient le lot commun de nombreuses femmes.

Le tissage de tous ces genres, mené avec une parfaite maîtrise et une conviction sans faille, fait de ce livre un roman d'investigation exemplaire, audacieux, passionnant, dont on n'a pas fini de parler.

Google
 

Accueil




Pour écrire à Livresse.com : cliquez ici