Accueil


Recherche dans les pages de Livresse


Mots-clés :




Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |



L'art d'aimer, Aubade


Hit-Parade




Pour nous écrire




FAQ  Agenda  Répertoire de sites  Bibliothèque
 
Inscrivez-vous
au Bulletin
Livresse


La Bibliothèque






Google
 
L'ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche
Miguel de Cervantès Saavedra
Seuil
577 pages, Tome 1
Septembre 2001
Don Quichotte, Cervantès
Pour commander ce livre

France / Europe
Cliquez ici

Québec / Canada / USA
Cliquez ici
Un chef-d'œuvre précurseur
Un grand roman qui a traversé allégrement quatre cents ans

Don Quichotte est souvent considéré comme le plus grand roman jamais écrit. Il se situe dans une position unique entre la romance chevaleresque médiévale et le roman moderne. La première était surtout des histoires déconnectées avec peu d'exploration de la vie intérieure même du personnage principal. Le dernier, bien sûr, est concentré presque toujours sur l'évolution psychologique d'un seul personnage.

Le roman est en deux volumes. Le premier fut publié en 1605 et le second en 1615. En 1614 un faux Don Quichotte apparu signé d'un énigmatique Alonso Fernández de Avellaneda. Pour cette raison la deuxième partie contient plusieurs références à un imposteur et fait mourir le personnage à la fin. Dans le deuxième volume, il n'est plus capable physiquement mais les gens le connaisse ayant lu ses aventures et aussi, il n'a besoin que de faire moins pour maintenir son image. Sur son lit de mort, il a commencé à assumer une nouvelle identité, y compris un surnom, « le bon » juste pour mourir bien.

L'intrigue de ce grand roman couvre les voyages et les aventures de Don Quichotte et son écuyer Sancho Panza. C'est un Hidalgo (un petit noble au bas de la hiérarchie) qui est obsédé par des histoires des chevaliers errants (libros de caballerías). Ses amis et sa famille pensent qu'il est fou quand il décide de devenir à son tour un chevalier de roman et de parcourir l'Espagne sur son cheval, Rossinante, en combattant le mal et protégeant les opprimés.


Le chevalier illuminé

Il semble un illuminé à ceux qu'il rencontre. Il croit que les auberges ordinaires sont des châteaux enchantés et les filles de paysans de belles princesses. Il prend les moulins à vent pour des tyrans géants envoyés par de méchants magiciens. Il imagine qu'une paysanne de son pays est Dulcinée du Toboso, la superbe femme à laquelle il a juré amour et fidélité.

Sancho Panza, son écuyer, croit que son maître est un peu dingue, en particulier il sait qu'il n'y a pas « vraiment » de Dulcinée, mais il joue le jeu. Lui et Quichotte sont d'accord par exemple que parce que Dulcinée n'est pas aussi ravissante ni ne sent aussi bon qu'elle le devrait elle « doit avoir été enchantée » et à partir de ce point la mission est de briser l'envoûtement.

Aussi bien le héros que son serviteur subissent des changements complexes et des évolutions pendant le déroulement du récit, et chacun des personnages emprunte les attributs de l'autre au fur et à mesure. À la fin du deuxième volume Quichotte décide que ses actions furent de la folie et retourne chez lui pour mourir. Sancho le supplie de ne pas abandonner suggérant qu'ils prennent le rôle de bergers qui étaient souvent mis en scène dans des histoires bucoliques.


Plus de dégâts qu'autre chose

Les deux compères ont beaucoup d'aventures, souvent provoquant plus de dégâts qu'autre chose malgré leurs intentions nobles. Ils rencontrent des criminels envoyés aux galères et sont victimes d'une farce sophistiquée mise en place par une paire de ducs.

Comme ses contemporains, Cervantès, l'auteur, croit que la littérature doit contenir des messages moraux, mais il n'aime pas prêcher dans son œuvre d'agrément comique. Sa solution fut d'inclure presque tous les conseils moraux de son époque, mais de les placer dans la voix de Quichotte, un personnage idiosyncratique et impétueux, dont les solutions vont souvent de travers. Par exemple quand il libère une bande de galériens qui prétendent à leur innocence, en attaquant leurs gardiens, ensuite il demande qu'ils rendent hommage à Dulcinée, ils le lapident et partent. De cette manière il est assez facile de lire littéralement n'importe quoi sur le message moral.


Selon les époques

L'interprétation de ce qui s'y trouve a varié suivant les époques. Quand il a été publié, il était considéré généralement comme un roman comique. Après la Révolution française, il était populaire en partie à cause de son éthique centrale que les individus peuvent avoir raison pendant que la société peut être assez dans l'erreur et désanchantée ; pas comique du tout. Au XIXe siècle, il était considéré comme un commentaire social mais personne ne pouvait dire facilement « de quel côté Cervantès était ». Au XXe siècle il devint évident que c'était simplement un chef-d'œuvre précurseur. Et le XXIe siècle attend peut-être la plus surprenante des métamorphoses.


Source : Wikipédia
Google
 

Accueil




Pour écrire à Livresse.com : cliquez ici