Accueil

Recherche dans les pages de Livresse

Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |


Votez pour ce
site au WebOrama

Courrier
Éditeur:
editeur@livresse.com
Webmestre:
webmestre@livresse.com

Click Here!

AltaVista Chercher:   
Web français Tout le Web

Guide-FAQ     Répertoire de sites     La Bibliothèque Livresse
 

 . LA BIBLIOTHÈQUE


L'euphorie
perpétuelle

Pascal Bruckner
Grasset et Fasquelle
288 pages, 2000
Pour commander ce livre
Chapters.ca Québec / Canada - Cliquez ici
Alapage.com France / Europe - Cliquez ici
Présentation de Livresse
L'effet Punta Cana ou l'euphorie dans l'inégalité

LIVRESSE (Mai 2000) - Le sable est chaud, le ciel est bleu et la mer transporte des effluves de bonheur tranquille. Il fait dans les 30 degrés sur la plage de Punta Cana, village touristique de la pointe Est de la République dominicaine.

Un Français assez costaud, avide des douceurs du sud mais ne pouvant se payer la Côte d'Azur, y croise un Québécois caché derrière des verres fumés style «mafia», celui-là qui en a assez des tempêtes de neige et des 40 degrés sous zéro de janvier.

«Elle va bien Linda Lemay», s'informe le costaud. «J'sais pas, répond les grosses lunettes, moi j'préfère Adamo». Un peu offusqué, le Français qui en bave pour la chanteuse québécoise ajoute: «Adamo, le Belge, oui. J'imagine que Monsieur aime les frites aussi!»

Drogués par l'euphorie perpétuelle se dégageant de ce décor enchanteur des mers du sud, nos deux hommes en restent là. Autour d'eux, les autres touristes parlent allemand, portugais, américains et espagnol. Punta Cana, c'est le bonheur, l'euphorie perpétuelle à bon marché disponible à tous les occidentaux. La concrétisation du thème de Pascal Bruckner.

Mais à quelques mètres à peine, derrière les hautes clôtures des complexes touristiques, la population résidente de Punta Cana crie le contraire. Là, au milieu de la pauvreté, personne ne comprend la signification de ce qu'est «la possibilité accordée à chacun de maîtriser son destin et d'améliorer son existence».

Sauf pour les quelques rares doués qui feront carrière au base-ball américain, l'existence améliorée ne veut guère dire grand chose.

Nous vivons la richesse. À Punta Cana, les locaux se contentent de la regarder. Et elle ressemble à un bedon enfoncé dans le sable. Un bedon allemand qui lit du Günter Grass, un bedon français qui lit Amélie Nothomb, un bedon américain le nez enfoui dans un Tom Clancy ou un bedon québécois qui feuillette un Stephen King.

Bon, maintenant on peut commencer à lire «L'euphorie perpétuelle» de Bruckner.

Quatrième de couverture
«Un nouveau stupéfiant collectif envahit les sociétés occidentales : le culte du bonheur. Soyez heureux ! Terrible commandement auquel il est d'autant plus difficile de se soustraire qu'il prétend faire notre bien. Comment savoir si l'on est heureux ? Et que répondre à ceux qui avouent piteusement : je n'y arrive pas? Faut-il les renvoyer à ces thérapies du bien-être, tels le bouddhisme, le consumérisme et autres techniques de la félicité ? Qu'en est-il de notre rapport à la douleur dans un monde où le sexe et la santé sont devenus nos despotes ?

J'appelle devoir de bonheur cette idéologie qui pousse à tout évaluer sous l'angle du désir et du désagrément, cette assignation à l'euphorie qui rejette dans l'opprobre ou le malaise ceux qui n'y souscrivent pas. Perversion de la plus belle idée qui soit : la possibilité accordée à chacun de maîtriser son destin et d'améliorer son existence.

C'est alors le malheur et la souffrance qui sont mis hors la loi, au risque, à force d'être passés sous silence, de resurgir où on ne les attendait pas. Notre époque raconte une étrange fable : celle d'une société vouée à l'hédonisme, à laquelle tout devient irritation et supplice.

Comment la croyance subversive des Lumières, qui offre aux hommes ce droit au bonheur jusqu'alors réservé au paradis des chrétiens, a-t-elle pu se transformer en dogme ? Telle est l'aventure que nous retraçons ici.»

P.B.

A propos de l'auteur
Né en 1948, romancier et essayiste, Pascal Bruckner est l'auteur, entre autres, de La Tentation de l'innocence (Prix Médicis de l'essai en 1995) et Les Voleurs de beauté (Prix Renaudot en 1997). Il a publié récemment chez Grasset, un conte : Les Ogres anonymes (1998).


Accueil


Hit-Parade


Commentaires et suggestions