Accueil


Recherche dans les pages de Livresse




Mots-clés :




Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |



L'art d'aimer, Aubade


Hit-Parade




Pour nous écrire




FAQ  Agenda  Répertoire de sites  Bibliothèque
 
Inscrivez-vous
au Bulletin
Livresse


 . LA BIBLIOTHÈQUE






Google
 
Les Braban
Patrick Besson
Le Livre de poche
282 pages
1997
Les Braban, Patrick Besson
Pour commander ce livre

France/Europe
Cliquez ici

Québec/Canada
Cliquez ici
Non disponible chez Renaud-Bray

Bibliothèque Livresse
Lui
Les Braban
Dara
Sur le web
Entretien avec Patrick besson
À lire
«Je ne veux vivre que de ma plume»
Drôle de famille
Invraisemblabe et ironique

Une histoire qui s'articule autour de l'invraisemblance et de l'ironie, des traits qu'on sait ne pas être étrangers à la plume de Besson. C'est aussi l'histoire d'une famille excentrique qui a valu à l'auteur le prix Renaudot 1995.

Besson se fait donc moqueur et fantaisiste pour nous présenter la famille Braban. Une famille à l'aise de la banlieue parisienne.

Le père fait dans les 80 ans, sa femme est trente ans plus jeune que lui, et il décide de lui faire un troisième enfant, parce que les deux premiers ne lui ont toujours pas donné une descendance.

Les Braban adopte aussi un jeune Thaïlandais, qui vire dans le criminel. Il violera madame et tentera de tuer monsieur, si bien qu'on le retrouve, au grand soulagement de tous, en prison.

Quatrième de couverture
Depuis que Benito était incarcéré...

«C'était le moment où la cité Karl-Marx, au loin, devient orange. Je rentrais en premier à la maison, surtout depuis que Benito était incarcéré à Fleury-Mérogis. Un jury d'assises l'avait condamné à cinq ans de réclusion. Nous aurions préféré plus, surtout maman.

Dans ma chambre au premier étage - l'ancienne chambre de Benito, que nous avions récurée, désinfectée et fait bénir par un prêtre de Bobigny après l'arrestation de mon frère -, je retrouvais la nouvelle boîte de peinture que papa m'avait offerte pour Noël, quelques jouets de Bob et le nunchaku de Benito, la seule arme que nous avions réussi à sauver de la perquisition des gendarmes.

De ma fenêtre, j'apercevais notre cerisier, la rue Rouget-de-Lisle et le pavillon des Glozer. Le silence, en fin d'après-midi, avait quelque chose d'aérien et de pétillant qui rappelait le champagne qu'on boit aux repas de mariage ou d'anniversaire.»




Accueil




Commentaires et suggestions