Accueil


Recherche dans les pages de Livresse


Mots-clés :




Classement
par titres

|A | B | C | D | E | F | G |
| H - I- J - K |
| L' | L | La | Le | Les |
| M - N | O - P - Q |
| R | S | T |
| U - V - W - X - Y - Z |



L'art d'aimer, Aubade


Hit-Parade




Pour nous écrire




FAQ  Agenda  Répertoire de sites  Bibliothèque
 
Inscrivez-vous
au Bulletin
Livresse


La Bibliothèque






Google
 
Les avenirs
Hafid Aggoune
Farrago
A paraître le
20 août 2004
Les avenirs, Hafid Aggoune
Pour commander ce livre

France / Europe
Cliquez ici

Québec / Canada / USA
Cliquez ici
Présentation
Un véritable coup de foudre

par Françoise Barnier

Je viens de découvrir un roman qui sortira le 20 août 2004. Cela s'appelle Les Avenirs, un premier roman des éditions Farrago que dirige Jean-Pierre Boyer.

L'auteur s'appelle Hafid Aggoune, né à Saint-Etienne en 1973. Ce véritable coup de foudre ne m'est pas arrivé depuis quatorze ans que je suis libraire !

Mon exemplaire est déjà passé sous de nombreux regards de lecteurs (et d'auteurs) époustouflés par ce texte...

Il parait que d'autres collègues libraires l'aiment déjà à Nantes, Saint-Etienne, Lille, Montpellier, Paris (Abbesses, page 189, Gallimard)...

L'histoire : un homme se réveille d'une prostration de soixante années dans la clinique psychiatrique de l'île de Luz. Ce retour à la réalité a été provoqué par le suicide d'un autre pensionnaire, qui se rêvait peintre et en accomplissait chaque jour les gestes.

Pierre Argan redécouvre alors son passé : pendant l'Occupation, il a vécu une grande histoire d'amour avec une jeune fille juive, qui était peintre.

Depuis cette date, obsédé par une peinture imaginaire, la vie de Pierre s'est figée sur le quai d'une gare imaginaire, dans l'attente du retour du train qui a emporté Margot : il passe alors ses journées des années durant à observer la main du peintre.

Réveillé de cette longue absence, le vieil homme qu'il est devenu retrace le récit de son enfance et celui de son premier et unique amour.

A la rentrée on parlera, pour une fois, d'un vrai bon livre (ni cliché, ni vulgarité, ni scandale, ni cynisme, ni dénonciation aucune), une écriture forte, neuve, incisive, poétique... la merveille de septembre que je défendrais (et je ne suis pas la seule) coûte que coûte, car les « grosses maisons » ne jouent pas du tout ce rôle de découvreurs de vrais et durables talents littéraires, puisqu'elles ne prennent aucun risque financier ni culturel !

A lire absolument et à répandre comme un souffle !

Le livre est déjà en projet de traduction en italien et en allemand, et en projet au cinéma (adapté par l'auteur lui-même ).

Google
 

Accueil




Pour écrire à Livresse.com : cliquez ici